Mauvaise passe pour l'aide à la création

Accueil » A la une » Mauvaise passe pour l’aide à la création

 

Le rapport de la cour des comptes « LES DISPOSITIFS DE SOUTIEN A LA CREATION D’ENTREPRISES » (disponible sur Internet) n’est pas tendre vis à vis des dispositifs de soutien à la création : pourquoi donc vouloir à tout prix se concentrer sur la création d’entreprises alors que les indicateurs sont bons et que 70% des créateurs ne font pas appel aux services institués. La post création, par contre, est en manque flagrant d’accompagnement (défaillance du dispositif NACRE, prêt OSÉO inadapté).

Synthèse du rapport :

Le soutien institutionnel est, pour les créateurs, un millefeuille illisible qui ne bénéficie finalement qu’à une minorité d’entre eux. Un surcoût de gestion du fait d’un financement parcellisé et de la complexité des systèmes de gestion et de suivi de chaque financeur. Un risque de mauvaise allocation des moyens, d’inefficience et de financements multiples d’une même action. Quelle que soit leur forme, les aides au soutien de la création d’entreprises sont concentrées sur la phase de création, l’essentiel des dispositifs étant concentré sur le montage et le besoin initial de financement du projet, alors que la situation de la France en matière de nombre de créations n’est pas défavorable. En revanche, les difficultés de la phase de post-création et de développement sont insuffisamment prises en compte dans les dispositifs actuels, malgré une prise de conscience de la faiblesse des entreprises à cette étape de leur existence et un certain nombre d’initiatives, encore modestes, pour traiter ce sujet. Les coûts de gestion et de complexification pour les acteurs et les créateurs du dispositif NACRE ne sont pas justifiés. La pertinence du prêt à la création d’entreprise (PCE) d’Oséo, dont les montants sont en diminution, n’est pas évidente sous sa forme actuelle.

Des chiffres alarmants

3 milliards d’Euros sont attribuées en aides à la création dont la moitié pour l’accompagnement des chômeurs créateurs.

La Formation professionnelle, elle, coûte 14 millliards d’Euros et est atomisée entre 60 000 organismes de formation. En Allemagne, il y en a moins de 10 000. Pourtant, en 2012, 7,9% de la population âgée de 25 à 64 ans a suivi une formation outre-Rhin contre 5,4% en France, selon Eurostat (source : chaire-securisation)

Conclusion

Ça sent la coupe sombre, la remise en cause et un nouveau pacte …

Autant anticiper et considérer que la carte du compagnonnage n’a pas encore été correctement jouée. Eligue y trouve sa raison d’être ici : 12 groupes, 12 animateurs ( des vieux sachems) et des entrepreneurs créateurs ou en développement qui auront beaucoup à apprendre de ces sachems.

A lire :

La création d’entreprises en France : un problème plus qualitatif que quantitatif
Un pilotage insuffisant et une gouvernance déficiente
Un ensemble de dispositifs complexe et déséquilibré
Les recommandations de la Cour

SYNTHESE_SOUTIEN_CREATION

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *